Your browser does not support JavaScript!

Les profs travaillent 18h par semaine

Dire cela a autant de sens que de prétendre :

  • qu'un présentateur du journal de 20 H ne travaille qu'une demi-heure par jour,
  • qu'un athlète qui court le 100 m aux Jeux Olympiques ne travaille que 10 secondes tous les 4 ans,
  • qu'un commerçant ne travaille que durant les heures d'ouverture de son magasin,
  • qu’un pilote de ligne ne travaille que pendant la durée du vol,
  • qu’un chirurgien ne travaille que pendant la durée de l’opération.

La réalité, c'est que ni le temps de cours, ni le temps de présence dans l'établissement ou dans le CIO ne suffisent à prendre en compte la globalité du temps de travail des professeurs, CPE et Psy-ÉN.

Pour considérer la totalité du temps de travail, il faut prendre en compte la réalité du métier :

  • les cours,
  • la préparation des cours,
  • la correction des copies,
  • les échanges pédagogiques avec les autres professeurs,
  • les échanges et coordination avec l’ensemble des membres de l’équipe pluriprofessionnelle : CPE, Psy-ÉN, infirmières, assistantes sociales, chef d’établissement et son adjoint, AED, intendance...
  • les multiples réunions convoquées par la hiérarchie,
  • les réunions et rencontres avec les parents d'élèves (et les réponses aux mails, appels...),
  • le temps consacré à l'accompagnement des élèves,
  • les temps de transport entre les établissements pour les professeurs affectés sur plusieurs collèges ou lycées,
  • la mobilisation pour la surveillance, la participation à la correction et aux jurys des examens...

La réalité, c'est qu'un professeur certifié travaille en moyenne 42H53 par semaine (étude de la DEPP).
Et depuis cette étude, les contraintes et obligations hiérarchiques et administratives se sont accrues.

Le sondage Ipsos SNES réalisé en janvier 2018 montre que la charge de travail et la rémunération des enseignants sont deux éléments d’insatisfaction des personnels à l’égard de leur métier 56% sont insatisfaits de cette charge de travail, 75% sont insatisfaits de leur rémunération.