Ce que nous voulons

Le Snes a déjà obtenu la sécurisation des services des enseignants en distinguant les missions obligatoires principalement en heures de cours hebdomadaires et les « missions liées » dans le décret de 2014.  Mais nous voulons aller plus loin :

  • Moins de temps perdus.
    Les indicateurs de performances imposés aux chefs d’établissements les poussent à multiplier les réunions pour des motifs divers et variés. Cette réunionnite obligatoire doit cesser. Les temps de concertations doivent être intégrés aux temps de service. (??)
  • La double préparation des cours ça suffit !
    Nous intégrons chaque jour davantage le numérique à nos cours. Mais les difficultés de maintenance, de disponibilité ou de fonctionnement du matériel et des outils nous oblige trop souvent à préparer un cours “numérique” et un cours “hors-ligne” pour le cas, trop fréquent, où ces outils ne fonctionneraient pas
  • Moins de classe par enseignant et des classes moins chargées
    Plus d’élèves, plus de classes, c’est plus de cours à préparer, plus de copies à corriger. La diminution du nombre d’horaires dans certaines disciplines a aggravé les choses de ce point de vue : en diminuant les horaires de certaines disciplines, des enseignants comme ceux de lettres en collège se retrouvent en moyenne avec 4 ou 5 classes en collège alors que la moyenne était de 2 ou 3 dans les années 1980
  • Une revalorisation des salaires
    Lien salaire temps de travail